Quand nous savions l’heure…

Fut un temps lointain, ado

Laissant les heures filer….

Quand nous traversions les bois obscurs et pleins

de périls que nos jambes agiles se faisaient fort de défier…

En sauvages chevelus avides d’un retour à une nature lointaine pour rentrer comme de jeunes loups vers un foyer bienveillant, nous regardions ces frondaisons en pensant à Musset Alfred de Vigny, et Lamartine autant qu’à James Dean et Presley…

Si, si nous l’avons fait dans les bois, dans les bois, comme tout le reste après, « bien après »….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s