Années surannées

Se souvenir et partir plus sûrement…

Partis tous ces parents endimanchés,

Venus déjeuner en plein air dans cette guinguette sur une île de la Marne,

Riant déjà d’être encore sur la chaotique route de leur rude passé de prisonniers du boulot.

Et de vieux os, ils n’en feraient pas tant que ça et ça leur aurait déplu fortement : c’était une bande de vieux jeunes qui faisait péter la joie de vivre et les bouchons de Champagne.

Comme un Titanic suranné, le souvenir tarde à sombrer,l’orchestre joue et jouera jusqu’au bout.

3 commentaires sur “Années surannées

  1. La joie des guinguettes, une époque quasi révolue. Par chez moi i en reste en bord de Saône. C’est agréable l’été et au printemps même si la qualité n’est jamais dans l’assiette

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s