Daffodils’song

Il est éphémère et frissonne encore

Coupé du soleil comme l’ombre tranchante,

Le temps des jonquilles,

Mais qu’il donne un peu,

Ce jaune vient de son feu

Et maintenant, j’ai chaud

Et maintenant j’y crois,

Mes ailes se déploient.

Chevilles en talons aiguilles des filles transpercent mes pupilles,

Comme chaque année.

Un chien dans un jeu de quilles,

J’épargne les jonquilles qui ne m’ont rien fait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s