Lard pour lard ?

Vous entendez les muses dans les faubourgs ?

Elles ne vous chantent pas d’élégies

De promenades bucoliques aux beaux jours,

Elles en appellent aux armes aux mal armés :

Vous étiez hermétiques ?

Faites-moi péter tout ça !!!

Tous vos vieux ors et vos boîtes de Pandore !

chantez la vie !

Filez vos métaphores

Ouvrez les yeux sur la rue

Vos Parnasses , vos amphores,

Brisez les pour  » l’art-brute »

Cognez sur la connerie,

Secouez-vous, secouez-vous !

En un coït mental avec l’imagination.

« On se retrouve au comptoir

Pour philosopher ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s