Les jours opalines

Il y a des jours, les gens sont loins

Partis vers eux-mêmes,

Quel qu’en fusse le prix et cela n’en a pas.

Ou vers le concret de leur art,

Précieuse prévenance de s’éloigner

De cette vitrine à la lumière immédiate,

au verre par trop translucide

Il y a des jours où l’opacité reprend ses droits

Ainsi que l’épaisseur

Il y a des jours pour moi qui erre

où le dragon est juste au dessus de ma tête,

Et m’enjoint de ne pas perdre mon temps,

Je ne l’entends pas de cette oreille…

Entre les addictions des uns,

La détermination des autres,

Il faut marcher sur le fil de ses propres obsessions,

Il y a des jours où le silence

donne des acouphènes et je me romps.

Un commentaire sur “Les jours opalines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s