Jour de mépris

Les jours de mépris sont des poignards.

Il ne faut pas chercher de regard

Les femmes belles le détournent

Si seulement, elles pouvaient me dire comme une politesse argotique de « dans le temps »:

-Va te faire aimer ! »

Tableau : Maximilien Luce

(Le port de Londres)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s