Jour clair

Tranchant chaque ombre

L’astre de vie

A fait ses fonds d’azur

Il prodigue sur les façades

Un jaune sable de bon ton

La pluie oubliée

a approfondi le vert des frondaisons soudain intimidant.

Les visages s’adoucissent,

Sourient

Et la dureté est égale à elle-même,

La dureté.

Le soir ce sont les nuances orangées

Qui habillent la ville,

Alors que le ciel se fait plus lumineux

Avant la tombée de la nuit.

Je rencontre un ami musicien,

bouffées de sourires et de rires.

Puis je roule dans cette lumière,

Seul, vers la ville d’Octave Lapize

Dont l’église explose dans l’ocre,

Dans l’ombre Guillaume Budé

veille sur la Renaissance.

Les rideaux métalliques

Sont tirés,

« On n’est que lundi ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s