Verdure et verdeur !

La brise comme une caresse fait bruisser les arbres,

Un soupir, un souffle,

et c’est une vague

de ramures innombrables qui monte.

et m’emporte loin de ce que j’étais, enfin !

Au large,

avec l’espoir d’un non-retour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s