Vacuité

Allongé dans l’herbe haute

À la nuit tombante,

Laisser couler le temps

Ne pas pêcher de poissons syllabes

Avec des vers reluisants

Ni chasser muni de mon stylodactyle

Les ptérodactyles de l’effroi,

À l’oeil écarlate,

Aux ailes de peau

Translucide et d’or

Tous ces trésors engloutis

Dans les volutes

Reprennent vie

Dans les contrées imaginaires

D’où nous venons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s