Le panorama

Ils étaient assis sur le promontoire

Dans l’herbe.

Devant eux,

le panorama de Paris au couchant

et se parlaient.

Leur chien à côté d’eux,

Les oreilles pointées

N’en perdait pas une miette.

Ils n’étaient plus tout jeunes

Et refaisaient entre eux

Le scénario de leur vie

Une vue d’ensemble

Une vue de haut…

Jamais simple mais riaient parfois.

Il se dégageait d’eux,

L’infini de leurs jours,

L’infini de leur temps

Qui n’appartient qu’à eux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s