Hautes pressions

Accablés par les hautes pressions

S’en faire servir une est un réflexe,

Dans une exacerbation de la chaleur

Le corps des femmes se met à l’aise,

Il ne s’exhibe pas, il respire,

S’éxonère de l’accablement,

Sensuel, il se dénude

dans une pure crudité.

Oublieuses du regard masculin,

Dont elles ne sont pas dupes.

Les femmes ont un corps qui vit

Les hommes un sexe cyclopéen,

Et une seule obsession de mortels

Qui les taraude :

« Seraient -elles chaudes ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s