Vacance

Ville désertée vacante,

Presque inutile,

presque une île

Vacance du temps,

Rues sans âme qui vive

Nonchalantes,

revisitent leur mémoire

Quand à travers bois

Puis défrichés,

les champs

Elles étaient un sentier,

Puis un chemin où

Lions, loups manants et rois

Creusaient leur destin,

De voies royales

vers un blues urbain

Nocturne lent et torride.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s