« Pommier ! »

Le soleil brûlant, ardent,

qui avait dénudé les femmes

fit rougir tes pommes

Que cette année ta sève donne

Ou bien ce sont les femmes ?

Elles tiendraient donc un peu d’Adam

Tes pommes ?

Eve seule le sait…

Dans les buissons les chats se cachent,

Dans les hautes herbes les chats se couchent.

Foin du serpent !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s