Peut-être le peut-on ?

Peut-être à tâton, le peut-on…

Jouant avec des mots malhabiles,

Trouverons-nous notre âme

Enfin ouverte aux rhapsodes

Qui lui appartiennent

Et qu’elle n’entendait plus

Dans le bruit banal de la vie

Et alors pourront se dire

sans emphase aucune

Les choses qu’elle admire,

Qu’elle vénère et qu’elle aime,

Puisqu’à cet instant

Nous entrevoyons une vie

Qui pourrait être toute autre

Tout en étant « ni tout à fait la même,

Ni tout à fait une autre »…

Une vie où la poésie

n’est pas seulement

L’invite de Ronsard

Ou l’exhortation de Rimbaud,

Mais cela et plus encore,

Comme un défi intime…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s