Femme au foyer(…)

Quand tu pars au matin

Tu penses au soir

Revenir heureux

Au foyer de tes maux.

Alors, pense au Castor

Qui ne ronge pas son frein

Ni ne freine des quatre fers

Égrénant ses heures d’or

Dans le sablier du Savoir infini…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s