Ton royaume

Les nuages cotonneux et disserts

S’inventent des montagnes,

Des nefs et des monstres

Que le vent gomme tour à tour.

J’admire le ciel,

Je sais qu’il est ton séjour.

Dans ce lit vaporeux,

Dorment les rêves d’amour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s