Emerson, Lake & Palmer/Brain salad surgery 1973

Jerusalem https://g.co/kgs/MhejEd

Sur un poème de William Blake, le compositeur Parry en fit le deuxième hymne national britannique.

Les moulins sataniques/satanic mills, ce sont les usines de la révolution industrielle qui prolifèrent en cette fin de XVIII ème siècle.

Lyrisme baroque, mais grande modernité des thèmes, « désir »,  » « combat mental », Williams Blake, prophète des temps modernes, déambulait dans Londres pendant la Révolution Française un bonnet phrygien sur la tête !

« Jerusalem » est un peu l’hymne de la gauche anglaise mais unanimement ancré dans le « cantilège » des chorales y compris religieuse outre-Manche.

(J’avais pû l’entendre chantée moi-même au départ du Queen Elizabeth II du port de Southampton en 1975 : grandiose !)

Le Saint-Agneau de Dieu y est cité et l’on comprend le sens œcuménique et universel que donne Blake à Jérusalem qui n’aurait jamais dû cesser d’être la terre des religions d’Abrahm et du monothéisme et donc un sanctuaire de tolérance et de paix…).

(À la fin du XVIII ème, les croisades et leur pillage sont derrière et la déclaration Balfour devant…)

ELP en délivrent une version emphatique et presque martiale (« métal » ?…) dont le climat sert le poème.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s