Marée humaine

Par milliers, mourir,

sur les ruines d’une guerre

1919,

Double, triple et quadruple peine

Pour l’humanité…

Alors la contagion

Porta le nom de l’autre,

Ennemi ou étranger…

Et s’il ne s’était pas mêlé,

Au grand corps à corps,

C’était plus « étrange »encore.

Elle fut nommée espagnole

Et mit à mort impérieuse,

Entre cent millions d’autres,

L’Apollinaire en bandes molletières,

Grand viveur entre mille

Qui avait survécu

À ses blessures de guerre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s