Exode intérieur

Le temps imperceptible

Inexorable au règne animal,

Berce la nature à son rythme.

Les rues des humains

Désertes,

Le crépuscule affleure

Aux façades vif orange

Autour et dedans,

Étrange silence nu,

Dans mon passé, ce futur

Devait être mon présent…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s