Passagères du passé…

Maïté en son jardin

Été torride, ancien,

Instinct qui tâtonne,

la vie, la chair,

La terre brune,

Plus au soleil qu’à l’ombre.

Puis toi rousse du Roussillon

Rayonnant un reggae qui séduit

Et s’agrippe à son sud,

Un embrasement aveuglant

La nonchalante ignorance

De mon éclair juvénil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s