À perte de temps…

Je perds mon temps,

Sciemment, je brise

Son sablier d’or

Pariant pour la soif

Aux dépens du désert

Qu’ il pourrait en châtiment,

Jusqu’à « plus soif »…

Étendre à ma vue.

Car c’est elle que de mes voeux

J’appelle

Et ses mirages d’oasis

Et leurs ombrages profonds

Dévoilant d’indicibles délices.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s