Si l’on ne rêvait plus…

Indéfini, infini

On le peut, c’est permis,

Si l’on ne rêvait plus,

L’aile au vol arrachée,

Parmi les hommes vivre

Dans leurs tenailles grises

Plaqués au sol, étouffer

Et même souhaiter la mort.

Si l’on ne rêvait plus,

Que vaudrait-il de vivre ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s