Tout ce que j’entends est musique…

Le jazz m’appelait

Dans sa plénitude,

Qui fait durer l’amour,

Le blues était là

Quand je le perdais,

Le Rock son fils insolent,

Avait peur de vieillir,

donc de la vie,

Moi un peu aussi…

Les violons dans les frondaisons

De la Symphonie Pathétique

Que ma mère me faisait

Écouter enfant,

Étaient forêts de mémoire

Et mon père

Louis et son rire,

Le sang d’un fleuve,

Puis ce nom

« Django Reinhardt »

Entendu intrigué

Comme une corde qui claque

Le jour de ma première guitare

Le jazz m’appelait

Dans sa plénitude….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s