Sang poème

Il aima les poètes

Rimbaud, Verlaine en tête

Prit une cape, une pipe,

une écharpe de laine

But la vie jusqu’à la lie

La vida de son sens,

Se jeta dans la Seine

Sang poème

Ils buvaient comme des trous

Écumaient les comptoirs

Comme des poissons bizarres

Fluorescents des abysses

Cultivaient l’ironie

Dans des éclats de rire

D’outre leur propre tombe

Sang poème

Il ne fit rien du tout

Quand une éclaircie vint

Courut se mettre à l’ombre

Entra dans un café

Comme on attend quelqu’un

Et puis loupa son train

Ne sachant lequel prendre

Sang poème

On peut théoriser

On ne thésaurise pas

Rien ne s’accumule

Et tout est encombrant

Et dans les immondices

Gisent des joyaux

Sang poème

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s