le Dieu des yeux

Sous ma muselière, serrant les dents

qui n’a de masque que le nom

dans cette atmosphère délétère

J’allitère

Pépites des pupilles qui brillent

Me clouent le bec, mâchoire pendante…

En ce jour de neige fondue

J’avais croisé les regards vifs

d’une jeunesse en sédition

d’une fureur sourde.

De mes rides au rimel des filles

de mon front dégarni

aux tignasses des garçons

Le Dieu des yeux souriait

unissant les âmes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s