Aubépine

Quand fleurit l’aubépine, je suis né.

bouquets de grappes laiteuses

malodorantes, odorantes ?

ont scellé mon ambigüité.

Sa semence figée a giclé dans l’Azur

Puis soudain, une averse ravageuse

a fait des confettis

de ta parure nuptiale…

Restent après l’éphémère de la parade

Grand festin de pollen où s’invitèrent

les abeilles,

En toute saison, tes épines acérées

Aiguillons de l’amour

Qui déchireront ma peau

Jusqu’à ma mort…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s