Anthropo « ma non troppo »…

« Tu regardais le ciel et tu voulais voir chatoyer le rouge dans mon feuillage

Mais tu ne m’avais pas vu !

Je suis la Nature sauvage et son liseron envahisseur

Qui reprend possession du jardin que tu as laissé en friche et je t’en remercie !

Mieux que Le Nôtre et ses sécateurs castrateurs,

Tu m’as permis d’exister et regarde !

L’apaisement mêlé d’effroi que je te procure !

Tu dois voir mon regard changer avec le vent,

Je suis comme vous les hommes,

Versatile !

Je dépends du temps qu’il fait et de la lumière qui

Puisque tu me prêtes un visage me permettent de te parler

Demain sous un autre ombrage; il se peut que je sois muet

Comme dit le poète anglais (non tu n’as pas un jardin anglais, il faut un minimum,

Tu as vu ta pelouse ? si on peut encore lui donner ce nom !!!)

Comme dit le poète anglais William Blake, disais-je :

« Les productions du temps sont divines »

Et vous humains à donner trop de visages qui vous ressemblent à vos Dieux

Vous ne me voyez plus et défrichez à tout va !!!

(Vraiment je remercie ton indolence, ta nonchalance et ta paresse, sincèrement !)

Il se peut qu’un jour une vague célèrate te regarde comme moi

Candide avant de t’engloutir…

Tu te prends les jambes dans mes ronces

Tiens; je te laisse cette belle estafilade

En souvenir de notre rencontre.

Belle vie ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s