Une fleur bizarre

Elle doit être du désert pour résister à tant de solitude et de silence.

Tu la laisses mourir en toi et c’est toi qui te taris et la trahis.

Elle te voulait simplement à l’écoute de ce qui ne se voit pas.

Elle voulait que tu chantes tes visions pour ton salut secret

En échange du supplément d’être qu’elle te donne : le mot superfétatoire

Inutile au commun, presqu’inaudible, une presque virgule, un soupir…

Elle t’avait choisi mais tu es retourné à la masse du magma humain,

Pour y vivre de quotidien, d’incertitude… parce que c’était la guerre.

Pense aux poètes morts en plein vol : d’Apollinaire à Desnos et Saint-Exupéry

Puis à René Char, « le colt à la main », chantre des jours de promesse

Qui leur survécut, « Miracle de sa verve » !

Et reviens parmi eux la faire refleurir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s