Allons voir si la ronce…

S’il n’était qu’un art floral,

Le poème enluminure

ou pure musique,

N’aurait qu’à embellir

Une vie en blouse grise

A l’heure de la récitation …

Mais il exulte d’amour

Et déborde de la page

Ses encres sont le sang

Ses encres sont le vin,

Ses ailes sa plume unique

Celle taillée fine,

équilibre sa flèche

Qui ricoche et fait mouche.

Le poème est une âme qui vibre,

S’épanche et parfois saigne

Comme d’ une rose éclose

Au milieu d’un roncier,

La main qui veut l’atteindre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s