À dos laissant sa lame/slam…

Du fond d’une angoisse,

Du fond d’un gouffre, des abysses,

Un feu de vie happé par la mort,

Amour aveugle.

Poème empathique ?

Plume rompue à l’incompréhensible indicible ?

Quoi ? Barbarie ?

Prononcer ce mot est mourir aussi tôt.

Les cigarettes trouvées de mon père

Pour jouer à l’homme, les bas humés

De ma mère pour faire la femme,

Et la sève qui me faisait pousser humide

Dans la jungle de l’ignorance au coupe-coupe

De la leçon des choses du sexe

à l’emploi du temps des mercredis plus vieux.

Aujourd’hui, fenêtre ouverte et froide

sur le monde en furie, parents séparés,

Chômage, précarité,

violence et sexe

à tous les vents,

pans troubles d’internet

à portée de souris

Que nous sommes

fuyant dans les réseaux

d’un historique que l’on supprime aussitôt.

Vieux prof de français

Fumeur de pipe, crise cardiaque a

Cassé sa pipe, sa fureur fut

une fumée rare, argumentée, justifiée.

Ne sera pas remplacé

Par les lectures expliquées

Qui ne sont plus suivies

Des lectures suivies,

Du fond du gouffre,

Un feu de folie

Ronge l’être en devenir

Cherchant seul une lueur

Trouve la mort ou la donne

Le déni de la vie, se mettant le monde,

« À dos », laissant sa lame choir

Sur un destin qui le percute

Et le plante là dans le temps

Des comptes à rendre,

Quand tout est confus

de

tout ce que l’on t’a donné,

Sans t’aimer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s